Les chats bleus

Baiser de cristal (4).jpg

Flâner, voir et peindre, "Peindre avec Tout", une ligne, une courbe, une couleur, une matière, une coque de portable, un enjoliveur, une dentelle, un pêle-mêle en inox, un tube de peinture, le contenu et son contenant, mêler ce qui est différent, l’utile et l’inutile, l’ancien et l’actuel… 
Je "peins" avec des matières et des objets détournés de leur contexte d’origine, mêlant matières et couleurs, soieries, velours, dentelles, laines mais aussi pièces de jais, métal, verre, cristal, tissu inox, grillage et autres textures résolument contemporaines afin de lier le "beau passé" au "beau présent", beau intemporel…. Réhabilitation et liens insolites tissés au travers des cultures et des époques….  
Broderie de notre temps, non plus sage et raffinée comme par le passé, mais chaotique, spontanée, libre, trop rapide et presque violente. Des entrelacs de laines, de fils métalliques, de fils de soie, qui se tissent à leur rythme… 
Hymne à la Terre martyrisée et salie, amour et protection dans un monde de rêverie, poétique et stylisé, imaginaire, Chagallien mais aussi influencé par Matisse, Modigliani et tant d’autres….. Bouquets de fleurs de femmes, Gaïa omniprésente déesse de la Terre et de la Nature, aux multiples formes, la Mère et la Fille aux Ombres Bleues, fleurs sombres symboles des tracas de la vie, les chats bleus car, comme tout le monde sait, ils sont tous bleus…. Hommes Oiseaux quittant la Terre, et une présence attentive…

Gaïa Planète Bleue

Gaïa Mère de la Nature et de la Vie, de l’Amour, de tous les Hommes, de la Fécondité, de la Beauté et du Bien, du Rire et de la Danse, du Cosmos…Elle fait partie intégrante de nous, nous sommes ses ramifications et nos cœurs battent à l’unisson de ses vibrations. Elle nous a donné tant de richesses, de beauté et elle nous aime tant. Mais elle souffre et l’écho de son cri se perd dans l’immensité….. 
Nous la négligeons, la souillons, la polluons, la méprisons, l’avilissons. Certains hommes lui préfèrent la cupidité et l’argent. Ils portent des masques telle une folle farandole vénitienne, altérant leur vraie personnalité, et trompent les gens sans artifice. Gaïa meurt, nous tuons les animaux, les plantes, réduisons le Vivant à néant sans nous rendre compte que c’est nous-mêmes que nous tuons. Paradis et Enfer existent et se côtoient sur cette terre et il est dépend de nous de choisir l’un ou l’autre, d’actionner cette roue protectrice ou destructrice dans un sens ou dans l’autre.  Elle tourne vite, de plus en plus vite, amplifiant et décuplant son action, le bien engendrant le bien et le mal engendrant le mal…..